Comme un poisson...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 2 septembre 2011

Route 66 ! Yeah Baby !

Route 66

Comme tout Road trip qui se respecte, le passage par la route 66 est obligatoire (même si nous n'en avons parcouru que quelques dizaines de kilomètres sur les 4000 qui séparent Chicago à Los Angeles)!

Hearst Castle, le petit chateau dans la prairie...

Retour en Californie, et départ de San Luis Obispo (rien à voir avec le chanteur, bien évidemment, Obispo signifiant évêque en espagnol) après une soirée sympathique au marché suivi d'un bon petit resto et d'un petit café (avec un gâteau au chocolat végétalien étrangement bon) : autant dire que nous sommes au taquet pour cette dernière journée avant notre retour dans mon home sweet home.

Et nous commençons par la visite de Hearst Castle, la deuxième attraction de Californie après Disneyland ! Désormais géré par les parcs nationaux, il s'agissait auparavant du domaine d'un magnat de la presse du début du XXème siècle : William Heart. Monsieur Hearst est très riche, adore la Californie (au contraire de sa femme qui préfère la côte est) et a visiblement un penchant pour la démesure. et tout ce qui vient d'Europe et qui a un peu plus de 200 ans. Résultat : une sorte de château avec une soixantaine de chambres, environ 80 salles de bains, plusieurs piscines, un court de tennis et une salle de cinéma, où il projette à ses invités chaque soir les films dans lesquelles son amante - Marion Davies (célèbre actrice du cinéma muet, qui bizarrement n'a pas réussi sa transition au cinéma parlant, probablement parce qu'elle souffrait de bégaiement dans sa jeunesse) - juste après leur avoir servi de copieuses doses de café (car voir les mêmes films, à force, ça endort).

(Source : Wikicommons)

Visiblement, la démesure et l'argent ne vont pas forcément de pair avec le bon goût, et malheureusement pour Hearst, Valérie Damidot n'est pas encore disponible, si bien que l'intérieur du château est un joyeux mélange de vieilleries et de mobiliers contemporains. Avis aux amateurs de baroque !

Le domaine, situé en haut d'une colline, offre aussi une magnifique vue sur l'océan et sur les terrains environnants qui servent de pâturage aux Black et Red Angus, ainsi qu'aux zèbres (derniers reliquats du zoo personnel du magnat).

Mes quelques photos du château

vendredi 26 août 2011

Grand canyon : c'est effectivement grand, et c'est un canyon (anonyme, 25 juillet 2011)

Suite de mon périple avec mes touristes alsaço-lorrains, et direction le Grand Canyon après avoir traversé le Nevada (et une pause à Las Vegas) pour rejoindre l'Arizona et la rive sud (ou South Rim), où se situe le Parc National.

Pour les amateurs de chiffre, le grand canyon fait 450km de long (surface : 5000km²), a une profondeur moyenne de 1300m (mais atteint 2000m par endroit) et une largeur comprise entre 5 et 30km (enfin pour les oiseaux. En auto, il faut 230km). En été, en haut du canyon, la température y est plus agréable (aux alentours de 30°C) mais en bas du canyon, elle passe facilement les 40°C (et ne comptez pas sur le fleuve Colorado pour vous rafraichir).

Pour les autres, le grand canyon, c'est... juste.... énorme !

Bon, là, c'est sûr, on peut pas dire que j'ai fait dans l'original et le descriptif (même si on peut dire que j'ai capturé l'essence du parc), mais c'est difficile à transcrire en mots. Pour ma part, j'ai craqué sur les couleurs, ce mélange d'ocre, de rouge et de vert, en couches bien alignées (causées par les différentes périodes géologiques). Et quand on surplombe le canyon, on ne se lasse pas de tout ces méandres de roches, et de se demander comment tout cela s'est déroulé (certes sur plusieurs millions d'années).

La suite en photos...

dimanche 21 août 2011

Sequoia Park : du haut de ces arbres, 25 siècles vous contemplent...

Juste après Yosemite Park, se trouve un autre parc national nommé Sequoia Park, qui contient bien évidemment des Séquoias, mais pas n'importe lesquels, puisqu'il s'agit de Séquoia Géants.

Le séquoia géant (que l'on ne trouve qu'en Californie) est grand avec ses 80 mètres, mais n'est pas l'arbre le plus grand du monde, et vit longtemps (environ 3000 ans) mais fait petit joueurs comparé à d'autres espèces qui atteignent 8 à 10 millénaires. En fait le sequoia géant se distingue surtout par sa largeur, en général 6 à 8 mètres de diamètre (et une croissance comparable à la croissance humaine : d'abord une croissance verticale durant sa jeunesse, puis une croissance horizontale avec l'âge...)

Son représentant le plus connu, abrité au cœur du parc est le général Sherman : le plus gros arbre au monde : 1487m³ (pour comparaison : une piscine olympique = 2500m³)

392

(Général Sherman, par Jim Bahn)

Dans ce parc national (qui comprend aussi King's canyon), il n'y a pas que des arbres à regarder, il y a aussi de magnifiques points de vue sur la vallée traversée et sur les montagnes environnantes. 500

Le reste des photos est disponible sur Flickr avec celle de Yosemite

lundi 8 août 2011

Yosemite, c'est de la dynamite

(titre en hommage à cette publicité)

Une fois mes amis reposés et remis du décalage horaire, et après le traditionnel pèlerinage à San Francisco, son pont dans la brume, ses rues tortueuses et ses moyens de transport à la pointe de la modernité, cap sur Yosemite, l'un des plus fameux parcs nationaux de Californie.

Que dire sur Yosemite ? C'est grand, très grand ! C'est en fait le troisième parc national des États-Unis par la taille (environ 3000 km² soit 300 000 hectares), et aussi l'un des plus visités du pays. Forcément, les routes principales sont du coup taillées grand public (comprendre goudronnées), mais en s'éloignant un peu, on retrouve assez vite l'aspect sauvage qui est censé être le sien (Et en ce qui concerne l'empreinte écologique, les choses s'améliorent. Le parc vient d'installer le plus grand parc de capteurs solaires : 2800 panneaux qui représentent 12% de l'énergie consommée par le parc).

De notre côte, nous l'avons un peu joué touriste de base en nous baladant entre les différents sites comme Granite Dome et Liberty Cap:

P1000357 - Yosemite P1000331 - Yosemite

Nous nous sommes fendues de plusieurs randonnées:

  • petite balade autour de mirror lake
P1000302 - Yosemite P1000348 - Yosemite

Pour l'hébergement, nous avons opté pour l'auberge de jeunesse ! Chambre individuelle, et petit café proposant des petits plats sympathiques mitonnés avec les légumes du jardin (mention spéciale pour le risotto du 1er soir : une pure tuerie, et le pancake aux bleuets était à tomber).

Le reste des photos est disponible sur Flickr

Welcome Agathe et Fabrice

Bienvenue à mes premiers invités, Agathe et Fabrice !

IMG_2371 - Grand Canyon South Rim

Ils sont venus de l'Est (de la France) avec plein de petits cadeaux, merci à eux mille fois encore.

Bon, en réalité, parce que nous avons passé deux semaines à rouler sur les routes américaines (et parce que je suis aussi très lent à mettre à jour mon blog), ils sont déjà repartis en France, mais par la magie de l'article différé, vous allez pouvoir suivre mes pérégrinations dans les parcs nationaux américains.

A suivre donc...

mardi 28 juin 2011

Le match de Baseball (ou le secret des soirées réussies)

Une des traditions sympas de mon employeur actuel est d'offrir une fois par an à ses employés californiens des places de baseball pour l'équipe locale. C'est plutôt cool car je n'avais encore jamais assisté à un match de baseball. Et même si je connais les règles de base, et que d'après ce que j'en ai compris (et vu à la télé), ça ne m'avait pas paru le sport le plus dynamique qui soit, c'est toujours sympa d'assister à un vrai match (surtout quand c'est gratuit). Mais attention, pour passer une excellente soirée, il y a certaines règles à respecter :

Règle n°1 : y aller avec des potes !

A moins d'être passionné de baseball et d'écrire dans son carnet de notes toutes les stats sur le nombre de balls et de strikes pour chaque joueur, il est vite facile de s'y embêter comme un rat mort. C'est pour cela qu'il est indispensable d'avoir des amis avec qui papoter tout en suivant le match. Cool, j'en avais deux avec qui j'ai partagé hotdogs et churros !

http://farm6.static.flickr.com/5234/5879469383_5a4f6e803d_m.jpg

Règle n°2 : kiffer les mascottes ridicules !

Regardez comme il est beau, son nom est Gigante, il rappe et il smurfe, et il fait la joie des enfants et de leurs parents (Bon... niveau supporting de l'équipe, c'est pas encore ça ! Allez Gigante, va falloir remuer la foule).

Règle n°3 : vive les interludes

Comme il y a pas mal de temps morts (notamment entre chaque manche), les organisateurs débordent d'idée pour nous couper dans nos discussions à bâtons rompus sur qui va gagner le match (ou plus vraisemblablement sur quel prochain film on va voir : Green Lantern ou Bad Teacher). Et donc à côté des QCM sur écrans géants, des lancers de balle sur phare de voitures, ou des concours de houla-hop, on a eu droit à un concours de air guitar (oui, avec une guitar de chez Guitar Hero), et à un petit jeu digne d'Intervilles !

Règle n°4 : rêver comme un petit enfant

Après le match, on a eu droit à un petit feu d'artifice, avec des tas de Ooohhh et de Aaaahhh (et de oulà, je crois qu'on a eu le même à la fête de l'andouille à Tripoux les saint geoirs), et c'est là que les goodies offerts (des magnifiques thunder sticks à led) ont pris toute leur dimension visuelle (car niveau sonore, sans être du niveau du vuvuzela, ca reste acceptable, et surtout pas besoin d'attendre la nuit pour s'en rendre compte).

Bref, une bonne soirée bien agréable (et mine de rien, on a quand même suivi le match, qui s'est soldé par une défaite), tellement bien qu'on est prêt à aller voir les vrais Giants !

La suite des photos, c'est sur flickr...

Mise à jour : la soirée vue par les Chaps

mardi 30 novembre 2010

Ohm Suit Ohm

A la demande générale, voici les photos de mon appartement. Quelques avertissements auparavant :

  • Pour ceux qui ont connu mon précédent trou de hobbitappartement, celui-ci est assez différent
  • Ce n'est pas à S-F (the place-to-be quand on est célibataire soi-disant) mais à Mountain View. La navette m'a eu à l'usure et j'ai préféré réduire mes temps de trajet domicile-boulot à un niveau acceptable...
  • Mes critères de choix ont été le prix, la localisation et les transports en commun ou possibilité d'utiliser le vélo et enfin l'épaisseur des murs
  • Les photos ne sont pas géolocalisées, n’espérez pas trouver mon adresse grâce à elles (le fourbe)

Pour éviter de polluer les aggrégateurs, il vous faudra cliquer sur suite pour voir les photos...

Lire la suite...

samedi 20 novembre 2010

Sacramento et Lac Tahoe

La semaine dernière, avec mes deux comparses Pascal et Corentin, nous nous sommes rendus à Sacranento puis à Lac Tahoe.

Tout d'abord, halte à Sacramento. Bien qu'elle ne soit que la 7ème ville la plus peuplée de Californie (avec ses 450000 habitants), Sacramento en est la capitale depuis 1854. Qui dit capitale, dit bien sûr capitole, et il faut reconnaître que le Capitole de Sacramento a un petit air de ressemblance avec celui de Washington :

Ensuite direction le "vieux Sacramento", sorte de quartier style farwest (mais boutiques XXIème siècle). On s'y croit facilement (encore plus lorsque l'on ne voit pas les voitures).

Puis une fois notre tour de Sacramento achevé, reprise de la voiture en direction de Lac Tahoe (à cheval sur la Californie et le Nevada). Le lac Tahoe est un lac de montagne perché à 1900m environ d'altitude, profond de 500m et surtout une superficie de 490km2 (En comparaison, le lac du Bourget fait 50km2). La neige était présente sur les bas-côtés et sur les sommets des montagnes environnantes mais malheuresement, un mauvais timing nous a empêché de prendre l'un des téléphériques qui permettent d'accéder au sommet (ceux-ci étant tous en maintenance jusqu'à l'ouverture de la saison de ski). Mais bon, nous nous sommes promenés le long du lac et même poussé jusqu'à Reno dans le Nevada, "la plus grande des petites villes". N'empêche, cela fait bizarre de se promener sur une plage de sable à 2000m d'altitude et de voir les montagnes enneigées...

Suite des photos sur Flickr avec le diaporama et la carte

jeudi 7 octobre 2010

0 crédit !

Raymond n'est pas le seul à n'avoir aucun crédit (cf la vidéo ci-dessus), moi aussi et doublement ! Je m'explique.

Je suis arrivé aux États-Unis avec un peu plus que ma bite et mon couteau, mais en tout cas sans la moindre dette, ce qui ferait de moi, du moins en France, un bon payeur. En théorie. En pratique, un loueur va demander à son futur locataire ses dernières fiches de paye + son avis d'imposition + la même chose à chacun de ses ascendants directs assortie d'une caution solidaire (heureusement que tous les propriétaires - y compris mon ex - ne sont pas aussi exigeants), une agence de crédit va généralement demander quelques renseignements et effectuer une vérification auprès de la Banque de France dans le fameux Fichier des Incidents de Remboursements des crédits aux Particuliers (à noter que ce fichier ne contient que les incidents, pas les montants en jeu).

Ici, les gens délèguent l'évaluation de la solvabilité d'une personne en demandant une vérification du credit score ou historique de crédit. Le credit score, c'est quoi ? c'est un nombre de points qui permet d'évaluer si la personne en face de vous vous paiera rubis sur l'ongle ou deviendra vite le meilleur ami des sociétés de recouvrement. Magie d'internet, il suffit de remplir un formulaire avec le nom et le numéro de sécurité sociale de la personne, et hop, le score s'affiche en quelques minutes (contre paiement bien entendu). Par défaut, on commence bas (pas tout en bas, mais pas suffisamment haut pour que la personne en face de vous ne vous fasse son plus beau sourire), on perd des points quand on prend un crédit, encore plus quand on ne le rembourse pas, et on gagne des points quand on rembourse le crédit en question (normalement plus que ce que l'on a perdu en le prenant). Le point important donc : pour être considéré comme un bon payeur, il faut prendre des crédits (ou au moins ouvrir une ligne de crédit) et les rembourser, tout payer comptant ne suffira pas !

Ce credit score n'est pas attribué par une agence unique comme la Réserve Fédérale, mais par des agences privées pour la plupart. Les trois principales aux US sont Experian, Equifax et TransUnion (avec chacune sa propre notation, en plus d'une notation quasi standard : le FICO). Malheureusement, pour le commun des mortels, le calcul est une grosse boîte noire et il faut donc se contenter de vérifier son score gratuitement une fois par an. A noter que ce système ne s'applique pas qu'aux particuliers : remplacez particulier par état, Experian, Equifax et TransUnion par Fitch, Moody's et Standard & Poor's, et vous comprenez vite pourquoi certains pays ont de plus en plus de mal à obtenir un crédit à la consommation.

Ce credit score est donc un précieux sésame, vérifié par de nombreuses personnes à la moindre occasion : en plus des banques et des assurances, on retrouve l'employeur, le propriétaire, les agences de service (électricité, téléphone, ...) avec comme principale conséquence d'un mauvais score le refus de répondre favorablement à votre requête, ou alors en échange d'une grosse caution !

A titre perso, et bien que n'ayant aucun crédit en France en cours, je pars donc de bas. La situation n'est pas totalement désespérée puisque ma banque locale devrait m'octroyer sous peu une carte de crédit qui contrairement à une carte de débit (ie une carte à débit immédiat avec vérification obligatoire du solde), est une carte de paiement à débit différé, assortie d'une réserve d'argent adossée à un crédit à la consommation (utilisée quand à la fin du mois, on ne paye pas l'encours). Avoir une carte de crédit c'est bien : cela signifie qu'une banque vous fait confiance et cela vous rapporte des points ! Ma banque me fait tellement confiance que la première année, le taux du crédit est de 0% (je vous rassure, l'année suivante, il passe à 12%), si bien qu'on aurait presque envie de placer l'argent que l'on peut emprunter. Oui mais trop emprunter dans cette réserve, cela fait baisser le score. Choix cornélien... Au final, en attendant de faire un high-score, je vais devoir sérieusement mettre la main au portefeuille.

- page 1 de 2