Comme un poisson...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Sous-catégories

mardi 8 décembre 2009

Chaud les photos...

Ca y est, elles sont enfin là, triées, nommées, géotagguées : ce sont bien sûr les photos du Japon

www.flickr.com

A retrouver directement sur flickr

vendredi 6 novembre 2009

La loositude attitude...

Bon, ca y est, on est rentré en France, mais cela n'a pas été sans difficultés. Il se trouve que notre vol retour Tokyo-Rome et Rome-Lyon, s'est en fait transformé pour nous et nos bagages en vol Tokyo-Rome (en fait, tous les vols avec correspondance se sont arrêtés à Rome - problème informatique au moment du checkin visiblement). Et l'aéroport de Rome n'a rien à envier à celui de Lyon concernant la présence humaine : pas de comptoir de transferts avant le security check, des personnes au comptoir de la compagnie aérienne qui ne gèrent pas les réservations mais uniquement les bagages, et du personnel pas toujours très efficace (par contre, mention super professionel au monsieur de chez Air France (le vol étant opéré par Air France bien qu'acheté sur une autre compagnie), qui a été super rapide et super génial en fait) : Bilan, on a été obligé d'aller chercher nos bagages, de sortir du terminal, de poireauter à la billetterie, de discuter avec des Japonais (pour qui cela est un énorme choc culturel je pense, parce que le pardon, excusez-nous, faut pas rêver, on y a pas eu droit, c'est uniquement en classe Affaires), de rater le vol Rome-Paris (puis Paris-Lyon en TGV), de retourner prendre nos bagages qui étaient parti en Fast-Track sur le vol de Paris (avec en prime, le mauvais numéro de tapis si bien qu'on a attendu 10minutes des bagages déjà arrivés), d'aller dans un hôtel pour se doucher, dîner, dormir, petit-déjeuner, puis de revenir à l'aéroport le lendemain pour le premier vol pour Lyon.

A côté de cela, Lyon, ce fut du gâteau, nos bagages sont vites arrivés, sortie, paiement du parking et bus dans la foulée et hop retour à Grenoble : ici, l'automne est bien avancé, et sur l'autoroute, c'était super jolie (vu du ciel c'était pas mal non plus) : beaucoup de teintes jaunes et rouges dans les arbres, à se demander pourquoi avoir été chercher cela au Japon (enfin, si, je sais pourquoi, mais bon ;-))

Bon, maintenant, c'est l'heure de la réaclimation à la France...

mardi 3 novembre 2009

Tokyo (jour 4) : Sur le départ...

Pas de gros posts prévus en perspective : ce sont nos derniers jours au Japon et aujourd'hui ce fut balade/shopping à Ikebukuro.

Demain tentative de balade à Ueno pour voir si les érables sont bien rouges : on vous tient au courant.

lundi 2 novembre 2009

Kyoto (jour 3) : La revanche de la pluie...

Comme hier, éclaircie en vue le matin. Nous nous réveillons donc pour la deuxième fois de suite à 7h du matin histoire de ne pas se faire mouiller ! Du coup, nous sommes arrivés avant l'heure d'ouverture de notre premier temple du matin : le Kinkaku-ji (ou pavillon d'or). Un exploit ! Mais cela paye puisque nous sommes entrés parmi les tout tout premiers dans le temple (et juste devant les 3 groupes de scolaire...) ce qui nous a permis de prendre quelques somptueuses photos (surtout que le soleil a montré le bout de son nez à ce moment précis). Comme celle-ci par exemple :

Kinkakuji.jpeg

Deuxième temple : le Kiyomizu-dera. Là, on n'a pas échappé aux touristes. C'est peut être l'un des plus gros temples mais aussi l'un des plus fréquentés (et des plus mercantiles). Il faut vraiment prendre du recul si on veut être touché par sa beauté.

Kiyomizoudera.jpeg

En tout cas, on a bien ri en voyant ces lycéennes cherchant à rejoindre les yeux fermés deux pierres séparées de 18m (la légende dit que si on n'y arrive pas, l'amour tant désiré nous échappe à jamais. Pas fou, je n'ai même pas essayé) : au milieu de la foule qui les bousculent, avec les cris d'encouragements des amies, la plupart échouent lamentablement...

Au détour d'un chemin, nous avons aussi croisé une geisha (manifestement là pour le plaisir du touriste).

Geisha.jpeg

Et finalement, la pluie nous a rattrapés (et le vent s'en est mêlé) rendant les visites beaucoup moins agréables (malgré quelques éclaircies).

Arc-en-ciel.jpeg

dimanche 1 novembre 2009

Kyoto (jour 2) - Avant la pluie, le beau temps...

Bon, il est 7h du matin et il ne pleut pas encore. Normalement, si tout va bien, nous sommes tranquilles jusqu'à 1h.

Nous nous rendons à l'autre bout de la ville dans les quartiers d'Arashiyama et de Sagano. Premier temple de la journée, le tout petit temple de Gyo-ji, et son charmant petit jardinet de mousses. En fait, ce petit temple est tout ce qui reste de l'un des plus grands temples de Kyoto. Il prit au 13è siècle le nom de Gyo, une shirayoshi (danseuse traditionnelle) qui devint nonne dans ce temple, après une intense histoire d'amour avec un chef de clan (qui finalement s'éprit d'une autre danseuse).

(photo)

Temple suivant : Nison-in, un autre temple sympathique, dont le jardin (plus grand que le précédent) possèdent de magnifiques arbres qui commencent à peine à se teinter de cette couleur rouge si caractéristique de l'automne japonais.

Nison-in.jpeg

Dans le même quartier, nous nous rendons au Daikaku-ji, que borde un énorme étang. Ce temple est bien plus grand que les précédents (le nombre de touristes aussi). Nous déambulons dans les jardins en croisant quelques moines.

Daikaku-ji.jpeg

Enfin, pour faire bonne mesure, nous nous rendons au fameux Tenryu-ji et ses somptueux paysages. Les premières gouttes de pluie commencent à tomber mais nous laissent un peu de répit pour gravir ses chemins et admirer ses vues magnifiques. Nous l'avions vu fleuri et vert, désormais, c'est de rouge qu'il se teinte (un peu comme son pavillon) sans atteindre encore les couleurs tant espérées... tant pis (cela n'en reste pas moins magnifique) !

Tenryu-ji.jpeg

Nous quittons le temple sous la pluie. Pour aujourd'hui, la partie visite est finie...

(PS: Apparemment il neige au nord du Japon, difficile à croire quand ici il fait plus de 15°C sous la pluie)

samedi 31 octobre 2009

Kyoto (jour 1) : Le chemin des Philosophes sous le soleil

Pour ceux qui n'auraient pas lu mes précédentes aventures au Japon, Kyoto sous la pluie, c'est pas top : non seulement nous avions parcouru le chemin des philosophes et les temples environnants trempés et glacés, mais en plus nous avons complètement perdu les photos de cette journée :(

Changement de décor, nous arrivons en début d'après-midi à Kyoto sous un magnifique soleil, et les lunettes de soleil, et la casquette ne sont pas de trop. Comme les temples ferment avec le coucher du soleil, nous nous rendons en vitesse au petit temple de Honen-in et de son charmant petit jardinet.

Honen-in.jpeg

Puis nous remontons le chemin des philosophes (qui pour le coup est beaucoup plus peuplé) pour nous rendre au Ginkaku-ji, le fameux pavillon d'argent (toujours en restauration). On commence à voir les premières couleurs rouge/orange des érables mais il reste encore beaucoup de vert : sans doute aurait-il fallu revenir deux semaines plus tard.

Ginkaku-ji.jpeg

Et puisqu'il nous reste un peu de temps, nous redescendons jusqu'au Nanzen-ji, pareil que dans nos souvenirs avec son imposante porte, ses petits jardins environnants et son aqueduc.

Nanzen-ji.jpeg

Notre première journée à Kyoto est donc plus que satisfaisante (et pour faire bonne mesure, nous sommes retournés au Kawa, pour manger de bons okonomyakis). Demain est toutefois un autre jour, la pluie est annoncée jusqu'à lundi, ce qui nous laissera peu de temps pour continuer nos visites de temple.

Congés payés...

26102009.jpg

(pris à Hakata, Canal City)

vendredi 30 octobre 2009

Kagoshima - La Naples japonaise

Nous voici aujourd'hui à Kagoshima (à 1h à peine de Kumamoto). Pour nous y rendre, nous avons emprunté le Shinkansen Tsubame, la fierté de l'île de Kyushu (c'est le seul Shinkansen de l'île, et pour l'instant, on ne l'emprunte que durant 20min, le reste se faisant en train "normal").

Déjà, en arrivant, premier constat : il fait chaud, on voit qu'on est au sud. Deuxième constat, ici c'est touriste-friendly mais pas dans le mauvais sens du terme ; tout est mis en œuvre pour que les visiteurs puissent facilement trouver leur bonheur : un office de tourisme efficace (et parlant anglais), un système de transport super pratique (billet à la journée qui couvre les streetcars et les principaux bus, et deux bus qui sillonnent les différents sites touristiques, avec un système d'arrêts super bien pensé), et des personnes super accueillantes !

Premier arrêt de la journée au musée de la restauration Meiji : un musée fort intéressant sur cette période de l'histoire japonaise qui marque la fin du shogunat et le retour de l'empereur (et aussi l'industrialisation du Japon). Et du coup, j'ai compris pas mal de truc sur Kenshin le Vagabond... Il y avait même un mini-spectacle (film + automates) très bien foutu (et on a eu droit à des casques pour la version anglaise).

Deuxième courte étape : l'église et le parc Saint François Xavier. Saint François Xavier (ou Saint Francis Xabier comme ils disent ici) a débarqué à Kagoshima en 1549 (comme quoi, on était pas les premiers européens qu'ils voyaient) et on peut dire que c'est par lui que le catholicisme débarqua au Japon. A vrai dire l'église est dans un style moderne bof, et le parc tout petit. Ridicule en comparaison du parc suivant, celui où l'on peut voir la statue de bronze de Saigo Takamori, un samouraï qui joua un rôle prépondérant dans la restauration de Meiji. Curiosité, cette cabine téléphonique qui ressemble plus à un confessionnal avec son petit vitrail.

Cabine Téléphonique - Confessionnal.jpeg

Direction donc ensuite vers la statue de Saigo Takamori, puis d'un parc un peu plus haut en hauteur où l'on peut voir l'attraction de Kagoshima : le Sagurajima (un peu son Vésuve à elle). Le Sagurajima, c'est donc un volcan, situé sur une île toute proche, et encore en activité. Cela se manifeste par des pluies de cendres noires sporadiques, des parapluies qui s'ouvrent, et une fine couche de poussière... Bon, pas beaucoup de chance, toute la baie de Kagoshima est dans la brume et on devine le volcan plus qu'on ne le voit vraiment.

Sakurajima.jpeg

Autre étape importante de la journée : la visite du Sengan-en, un magnifique jardin crée par le 19è seigneur Shimazu (oui, beaucoup de noms dans ce post). En plus, demain, c'est la fête des Chrysanthèmes et donc on assiste aux préparatifs du parc (et sans la foule qui va avec). Nous avons aussi visité la villa du parc, visite qui se fait guidée par une charmante dame en kimono traditionnel, passe par un charmant petit jardin zen intérieur et se termine par une sucrerie et un thé vert traditionnel...

Sengan-en.jpeg

On a aussi essayé le jambo-mochi, des mochi chauds dans une sauce... chelou-chelou !

Bon, là, on a bien transpiré (surtout vu la chaleur). Direction donc, Shintoso-onsen, petit onsen bien sympathique à Toso (juste à côté de Kagoshima), avec jolie vue sur le Sakurajima (toujours dans la brume).

Et enfin, l'apothéose, on a trouvé un pur restaurant d'okonomyaki dans le quartier de Tenmonkan-do : rien que de voir le plat se faire sous nos yeux fût un pur plaisir (bien sûr, rien en anglais, mais les serveurs étaient au top), Sylvain a eu sa version végétarienne, et nous avons arrosé tout cela d'imo-choju (le choju local à base de patate douce). En sortant du restau, j'avais du mal à marcher droit, mais c'était plus à cause de mon estomac qui penchait d'un côté...

Spéciale dédicace pour jerem

Lycéennes à Kagoshima.jpeg

jeudi 29 octobre 2009

Aso-san : attention aux fumées toxiques

Aujourd'hui, expédition à Aso-san (à mi-chemin entre Kumamoto et Beppu), la plus grande caldeira du monde (rien que cela).

Dès la sortie de la gare, le ton est donné (haha) puisqu'on ne voit quasiment que des occidentaux se précipiter dans le bus qui nous mènera au sommet. Malheureusement, on nous annonce aussi que l'accès au cratère est actuellement fermé pour cause de fumées toxiques. Il faut savoir que le volcan est encore actif, qu'il libère régulièrement des fumées toxiques et parfois aussi entre en éruption. Une femme a ainsi été tuée (avec deux autre touristes) en pleine lune de miel, alors qu'elle se trouvait à plus de 1km du volcan. Brrrrr...

Donc on se rabat sur les autres pics aux alentours, on passe tout d'abord à côté de Kijima-dake puis nous jettons notre dévolu sur Eboshi-dake.

Eboshi-dake.jpeg

Sur notre route, nous rencontrons un couple de français auquel nous demandons confirmation de notre chemin. Et là, réponse mi-surprise, mi-amusée de la femme "Mais, non, mais là, c'est pas possible, il faut des jours pour s'y rendre!" Non, madame, il ne faut pas des jours, on peut le faire en moins de 2h (environ 230m de dénivelé). La preuve en image (vous pouvez vérifier l'altitude sur le poteau) :

Laurent et Sylvain au sommet d'Eboshi-dake.jpeg

Durant notre ascension à Eboshi-dake, nous apercevons le téléphérique fonctionner, et donc nous nous rendons aussitôt après à celui-ci pour pouvoir tenter le cratère. Et coup de chance, l'accès a été réouvert durant l'après-midi. Et donc nous avons pu admirer Naka-dake (et respirer quelques fumées). Ce qui donne cela (mais pas que...)

Naka-dake.jpeg

Autant vous dire qu'après cette bonne journée, nous avons fini heureux, mais un peu puants (ah, les chaussures de Sylvain...), pour moi avec un peu de boue (oui, encore des glissades dans les terrains boueux dont j'ai le secret), mais heureux ! Et un bon onsen à l'hôtel nous a vite remis d'aplomb !

Demain, Kagoshima pour peut-être une nouvelle journée de rando.

- page 1 de 5